Accueil

Bienvenue dans les fermes des Jeunes Agriculteurs du Loiret

Huit Jeunes Agriculteurs du Loiret vous proposent une escapade nature ce week-end, à l’occasion des portes-ouvertes du réseau « Bienvenue à la ferme ».Chaque année, le troisième week-end du mois d’avril, les agriculteurs du réseau « Bienvenue à la ferme » ouvrent leurs portes, pour faire découvrir les coulisses de leur ferme. Dans le Loiret, 33 exploitations seront ouvertes au public dimanche 15 avril, voire dès la veille pour 14 d’entre elles. Toutes proposent des visites et des animations gratuites. Voici ce qui vous attend dans les exploitations de huit Jeunes Agriculteurs qui participent à l’opération cette année.

Le GAEC du Petit Chambord à Dry

Samedi et dimanche, de 10h à 17h, le GAEC du Petit Chambord, une ferme familiale moderne et innovante, située à l’entrée de Dry (le long de la RD 951), réservera au public un accueil royal ! Tout le week-end, avec l’appui de JA Loire Beauce, Philippe et Romain Gillet auront à cœur de faire découvrir leur exploitation laitière, de la traite robotisée jusqu’à la dégustation du lait cru. Pour compléter la visite, différentes animations autour de l’agriculture seront proposées telles que des démonstrations de fabrication de beurre et de jus de pomme, une exposition de matériel agricole etc. Il sera aussi possible de se restaurer sur place. Romain Gillet l’assure : « Tout est prévu pour passer une journée dépaysante ! »

L’Huilerie des Fouets à Courtenay

A l’autre bout du département, c’est une tout autre exploitation que vous fera découvrir la famille Rivière. Sur cette ferme céréalière, les graines de colza et de tournesol sont transformées au sein même de l’exploitation, en huiles de table. Le public pourra exceptionnellement pénétrer dans les coulisses de l’huilerie des Fouets, dimanche de 10h à 18h. Par ailleurs, de nombreuses activités seront proposées tout au long de la journée : dégustation de produits fermiers, éclosions « en live » d’œufs de poules, jeu de reconnaissance des graines, fabrication de beurre, restauration le midi, animaux etc. Comme chaque année, les Jeunes Agriculteurs de l’échelon Gâtinais Est 45 seront au rendez-vous, pour communiquer sur le métier.

Les ânes de la Baudière à Oussoy-en-Gâtinais

Dimanche de 10h à 19h, Alexandra Laurent-Claus ouvrira les portes de son havre de paix situé à Oussoy-en-Gâtinais. Dans un écrin de verdure et de tranquillité, la jeune agricultrice y élève des ânes de Provence et fait transformer le lait de ses ânesses en savons et cosmétiques certifiés « Nature et Progrès ». Cette production rare en France, nécessite un savoir-faire particulier qu’Alexandra aura plaisir à dévoiler aux visiteurs. Il sera possible de déguster du lait et des crêpes au lait d’ânesse. Une petite restauration ainsi qu’une buvette seront proposées pour la pause déjeuner. Enfin, venez caresser Bohème, une ânesse primée au Salon de l’agriculture 2018.

Les chèvres d’Anthony Paris à Dammarie-en-Puisaye

Spécialisée dans la fabrication et la vente de fromages de chèvre fermiers et de savons, la ferme de Maillebois à Dammarie-en-Puisaye ouvrira, elle aussi, ses portes ce dimanche de 9h à 19h. Au cours de cette journée, il sera possible de visiter librement l’élevage de chèvres de races Alpine (marron) et Saanen (blanches), de déguster de la viande de  chevreau et d’assister à la traite à partir de 17h30. Les enfants pourront également s’initier à l’équitation avec des baptêmes de poneys proposés par le centre équestre « L’attrape-rêve ».

La ferme de la Prébenderie à Beaulieu-sur-Loire

A un quart d’heure plus au sud, Sébastien et Christine Russo vous accueilleront en toute convivialité avec un verre de bienvenue. Tout le week-end de 9h à 18h, des visites commentées de l’élevage de charolais avec vue sur l’atelier de découpe seront organisées, tandis qu’il sera possible de se promener librement autour de l’exploitation. Des dégustations et ventes de viande bovine et de fromages fermiers seront également proposées.

Le GAEC Liger-Leguay à Dampierre-en-Burly

Ce dimanche de 9h à 18h, Marie Leguay et ses quatre associés vous présenteront leur large choix de plants potagers, de fleurs et de légumes de saison. Promenez-vous dans les serres et découvrez cette exploitation qui pratique la lutte intégrée. Vous y apprendrez des astuces sur la production de tomates ainsi que sur la réalisation de jardinières et massifs de fleurs. Enfin, une pause gourmande en toute convivialité sera proposée sur place le midi.

Le Vignoble du Chant d’Oiseaux à Mareau-aux-Prés

Entre Loire et Sologne dans une fermette typique viticole, Edouard Montigny vous accueillera tout le week-end, pour une visite guidée de son chai, suivie d’une dégustation de sa gamme de vins AOC Orléans (blanc, rosé, rouge) et AOC Orléans-Cléry (rouge). A visiter sans modération !

L’Huilerie Laluque à Bazoches-les-Gallerandes

Enfin dimanche de 9h à 19h, Paul Laluque et ses parents seront heureux de vous faire découvrir, leur ferme et plus précisément tous les secrets de fabrication de l’huile de colza. Il sera également possible de faire le plein de produits du terroir, sur cette ferme équipée d’un drive fermier. De nombreuses animations telles que des dégustations, des vols en montgolfière (sur réservation), une tombola etc. complèteront le programme de cette journée.

De belles balades, riche d’enseignements, vous attendent ce week-end aux quatre coins du département.

Lire la suite

Félicitations à JA Gâtinais Est, lauréat d’un concours vidéo

Jeunes Agriculteurs Gâtinais Est remporte pour la deuxième année consécutive le concours Isagri « Bien dans les mes bottesDéjà vainqueur de la première édition du concours vidéo intitulé « Bien dans mes bottes », l’antenne JA Gâtinais Est 45 a remporté pour la deuxième fois le jeu, devant le Groupement des Agriculteurs Bio du Morbihan et les JA de l’Isère. Cette victoire récompense leur travail et va les aider à concrétiser leur projet de Moiss’batt-cross.

Le concours national « Bien dans mes bottes » est un jeu proposé par la société Isagri qui vise à promouvoir l’agriculture. Pour la seconde édition, les participants - obligatoirement membres d’une organisation professionnelle agricole - devaient  réaliser une vidéo sur le thème « Vous êtes l’avenir de l’agriculture, montrez-le nous ! ». A la clé : un chèque de 3.000 € pour la meilleure vidéo.

De 5 au 20 mars, les internautes ont voté pour leur vidéo préférée et ils ont très largement soutenu celle que présentait le Loiret. Intitulée « Le futur est dans l’agriculture », elle s’inspirait du film « Retour vers le futur ». Synopsie : Un jeune agriculteur voyage dans le temps et découvre trois visions de l’agriculture du futur.

Un beau travail d’équipe !

En tout, une dizaine de membres ont participé à la conception de la vidéo. De l’écriture du scénario, au tournage en passant par le montage, la vidéo a entièrement été réalisée par l’échelon Gâtinais. Cette belle expérience a soudé l’équipe. Motivés et compétiteurs dans l’âme, les JA vont à présent mettre à profit leur talent de bricoleur et de créativité, pour préparer la Moiss’batt’cross qu'ils se sont achetés cet hiver avec le prix remporté en 2017. Leur objectif est de défendre leurs couleurs à « Terre en fête 2018 ». Souhaitons-leur la même réussite !

Champs avec résidus urbains à Meung-sur-Loire

Il y a quelques jours, un militant écologiste a, sans preuve ni retenue, attaqué l’un de nos adhérents de Meung-sur-Loire. Sans fondement, il a accusé ce jeune agriculteur d’être responsable de la présence importante de résidus de plastique en surface de son champ.

Le jeune agriculteur qui cultive cette petite parcelle (1,88 ha) n’est en rien responsable de la situation actuelle, pour la bonne raison qu’il est installé depuis 8 ans. Nous ne blâmons pas son prédécesseur qui, à l’époque, a accepté l’épandage de ces déchets, principalement pour rendre service.

L’enfouissement de résidus de déchets urbains était, jusque dans les années 90, une pratique courante qui rendait bien service aux collectivités et aux entreprises de traitement des déchets pour se débarrasser des déchets collectifs. Sur le principe, leur valorisation est une bonne idée. Sauf que le tri préalable à leur épandage n’a jamais été au point et que ces déchets contenaient de fortes quantités de plastique et parfois de verre. Ces pratiques n’ont plus cours dans le Loiret depuis plus de vingt ans. Le travail du sol réalisé par le JA cet hiver a fait remonter ces résidus pour la première fois depuis qu’il s’est installé. Invisible au départ, les fortes pluies de janvier et février ont découvert des bouts de plastique et de verres, à la grande surprise de l’exploitant.

Nous travaillons activement avec l’agriculteur, la mairie de Meung-sur-Loire, la chambre d’agriculture, la DDT et la DREAL pour trouver une solution économiquement viable et écologiquement acceptable pour la remise en culture de la parcelle. Nous soutenons l’agriculteur dans son choix de ne pas implanter de culture destinée à l’alimentation humaine dans cette parcelle tant qu’il n’aura pas été établi l’incidence de cette pollution. Toutes solutions de dépollution vont être étudiées collectivement.

Nous demandons que chacun retrouve son calme et sa sérénité. Le jeune en question, comme chacun des agriculteurs du Loiret, aime sa terre. Nos champs sont notre outil de travail. Nous nous efforçons de les préserver pour pouvoir vous nourrir.

Le temps de la polémique doit cesser pour laisser place au travail serein et sérieux des collectivités, de l’Etat et de la profession. JA proposera prochainement la mise en place d’un groupe de travail conjoint Etat-profession sur ce sujet, afin de cibler les éventuelles autres zones de pollution et mettre en œuvre les actions nécessaires.

Champs avec résidus urbains à Meung-sur-Loire

Il y a quelques jours, un militant écologiste a, sans preuve ni retenue, attaqué l’un de nos adhérents de Meung-sur-Loire. Sans fondement, il a accusé ce jeune agriculteur d’être responsable de la présence importante de résidus de plastique en surface de son champ.

Le jeune agriculteur qui cultive cette petite parcelle (1,88 ha) n’est en rien responsable de la situation actuelle, pour la bonne raison qu’il est installé depuis 8 ans. Nous ne blâmons pas son prédécesseur qui, à l’époque, a accepté l’épandage de ces déchets, principalement pour rendre service.

L’enfouissement de résidus de déchets urbains était, jusque dans les années 90, une pratique courante qui rendait bien service aux collectivités et aux entreprises de traitement des déchets pour se débarrasser des déchets collectifs. Sur le principe, leur valorisation est une bonne idée. Sauf que le tri préalable à leur épandage n’a jamais été au point et que ces déchets contenaient de fortes quantités de plastique et parfois de verre. Ces pratiques n’ont plus cours dans le Loiret depuis plus de vingt ans. Le travail du sol réalisé par le JA cet hiver a fait remonter ces résidus pour la première fois depuis qu’il s’est installé. Invisible au départ, les fortes pluies de janvier et février ont découvert des bouts de plastique et de verres, à la grande surprise de l’exploitant.

Nous travaillons activement avec l’agriculteur, la mairie de Meung-sur-Loire, la chambre d’agriculture, la DDT et la DREAL pour trouver une solution économiquement viable et écologiquement acceptable pour la remise en culture de la parcelle. Nous soutenons l’agriculteur dans son choix de ne pas implanter de culture destinée à l’alimentation humaine dans cette parcelle tant qu’il n’aura pas été établi l’incidence de cette pollution. Toutes solutions de dépollution vont être étudiées collectivement.

Nous demandons que chacun retrouve son calme et sa sérénité. Le jeune en question, comme chacun des agriculteurs du Loiret, aime sa terre. Nos champs sont notre outil de travail. Nous nous efforçons de les préserver pour pouvoir vous nourrir.

Le temps de la polémique doit cesser pour laisser place au travail serein et sérieux des collectivités, de l’Etat et de la profession. JA proposera prochainement la mise en place d’un groupe de travail conjoint Etat-profession sur ce sujet, afin de cibler les éventuelles autres zones de pollution et mettre en œuvre les actions nécessaires.

Le Salon de l’agriculteur au Chesnoy

A ne pas manquer : premier salon de l’agriculteur au lycée du Chesnoy pour mettre en lumière le métier.La Jeune Chambre Economique de Montargis (JCE)  organise un « Salon de l’agriculteur » le samedi 17 mars, au Chesnoy en partenariat avec le lycée et le syndicat Jeunes Agriculteurs. Venez nombreux !

Sensibilisée aux difficultés conjoncturelles éprouvées par les agriculteurs (crise du lait, inondations de 2016 etc.), la JCE a souhaité organiser un événement pour mettre en valeur le métier d’agriculteur et permettre au grand public d’entrer en contact avec les producteurs locaux.

Le salon se tiendra la samedi 17 mars de 9h à 17h, en même temps que les portes ouvertes du Lycée agricole. Diverses animations sont programmées tout au long de la journée à commencer par deux tables rondes : « Du champ à l’assiette » et « les 10 idées reçues sur les agriculteurs ». En complément, des portraits d’agriculteurs, une exposition de photos et un marché du terroir permettront au public de faire connaissance avec les agriculteurs locaux.

L’accès au salon est gratuit. Venez-y faire un tour.

Le soja à l’honneur du « Dimanche à la Campagne »

Rendez-vous le 19 août, quai Châtelet à Orléans, pour tout savoir sur l’agriculture loiretaine.Un groupe Communication commun aux Jeunes Agriculteurs du Loiret (JA45) et à l’Association des Jeunes pour les Initiatives Rurales (AJIR) s’est tenu le 6 mars, sous la conduite de Laura Bes, nouvelle responsable Communication. Au cours de cette réunion, de nombreux sujets ont été abordés, à commencer par l’organisation de la prochaine édition d’ « Un Dimanche à la campagne », programmée le 19 août à Orléans.

Le soja : une culture qui a de l’avenir

Cette année, la fête aura pour fil rouge « le soja ». « Cette légumineuse est en développement dans la région. C’est la raison pour laquelle le groupe Communication JA-AJIR souhaite la faire connaitre au grand public et montrer ses nombreux atouts » explique Laura Bes. Première source de protéines pour l’alimentation animale, le soja est actuellement principalement cultivé sur le continent Américain. Le développement d’une filière soja français répondrait aux attentes sociétales (non OGM) et a un approvisionnement local. Le 19 août, les JA présenteront le soja sous toutes ses facettes : culture, usages, bénéfices pour l’environnement, vertus pour la santé...Le public saura tout sur le soja !

Les animations phares reconduites

Pas de « Dimanche à la campagne » sans mini-ferme et marché du terroir ! L’édition 2018 ne fera pas exception. « Le but de cet événement est de resserrer les liens entre les consommateurs et les agriculteurs, en montrant notre savoir-faire et en expliquant nos pratiques » rappelle Laura Bes.

Les organisateurs souhaitent développer le «Dimanche à la campagne », en étoffant le marché et en proposant de nouvelles animations. Diverses pistes ont été avancées le 6 mars, pour que le public vive, le 19 août prochain, une journée agréable et enrichissante en présence des jeunes agriculteurs.

Au cours de la réunion, un point sur les préparatifs de Terre en fête a été fait. La manifestation se déroulera à Greneville-en-Beauce. Des baptêmes de l’air en ULM seront proposés cette année aux visiteurs. Rendez-vous le 2 septembre pour découvrir la Beauce vue du ciel et vivre une expérience inoubliable !

Lire la suite

Votez pour JA Gâtinais Est 45 !

Prenez quelques secondes pour voter pour la vidéo qui représente le Loiret au concours « Bien dans mes bottes ».Grand vainqueur de la première édition du concours Isagri « Bien dans mes bottes », Jeunes Agriculteurs du Gâtinais Est 45 s’apprête à remettre son titre en jeu. Ils comptent sur les lecteurs du Loiret Agricole et Rural pour les soutenir !

Votez, partagez

Pour la seconde année, la société Isagri propose un concours vidéo ouvert aux membres du réseau Jeunes Agriculteurs.  Le jeu consiste à réaliser une vidéo sur le thème : « Vous êtes l’avenir  de nos campagnes, montrez-le nous ! » et à la publier sur la page facebook dédiée au concours. Un vote en ligne, organisé entre le 5 et le 20 mars, va permettre de départager les sept vidéos en lice. A la clé, un chèque de 3.000 € pour la meilleure vidéo élue par les internautes. Un prix récompensera également la deuxième et troisième vidéo.

Un travail d’équipe

Les jeunes agriculteurs de l’échelon Gâtinais Est 45, présidé par Pierrick Pigot, se sont réunis à plusieurs reprises ces dernières semaines pour écrire le scénario et jouer les saynètes. Le montage a été assuré par Maxence Beets, nouvellement élu administrateur JA Loiret. Leur vidéo, intitulée « le futur est dans l’agriculture » s’inspire du film « Retour vers le futur » et montre leur vision de l’agriculture de demain et celles à éviter.

Les jeunes agriculteurs de l’échelon Gâtinais Est 45 comptent sur votre soutien pour les aider à récolter le plus de « J’aime ». Pour cela, rendez-vous sur la page facebook dédiée au concours (www.facebook.com/biendansmesbottes) et cliquez sur le cœur en bas de la vidéo de Jeunes Agriculteurs Gâtinais Est 45.

Non à l’accord du Mercosur !

Les Jeunes Agriculteurs du Loiret se sont mobilisés pour dénoncer les conséquences qui pourraient découler de la signature de l’accord de libre échange entre l’UE et les pays du Mercosur.A l’appel du réseau national, les Jeunes Agriculteurs du Loiret aidés de la FDSEA se sont mobilisés le 21 février. Ils dénonçaient l’accord de libre-échange entre l’Europe et les pays du Mercosur (Brésil, Argentine, Uruguay, Paraguay), en cours de négociation qui faciliterait l’entrée de milliers de tonnes de viande et de sucre sur le marché européen.

Coordonnée à l’échelle régionale par JA Centre Val de Loire, la mobilisation s’est concrétisée dans le Loiret par une distribution de tracts dans cinq grandes surfaces et une rencontre avec le Préfet de région, pour le sensibiliser sur les dangers d’un tel accord pour l’agriculture française. La revendication des agriculteurs est claire ; ils réclament la sortie des productions agricoles des accords commerciaux.

Invité sur le plateau du journal télévisé de France 3 Centre Val de Loire le soir même, Maxime Buizard-Blondeau, Président des Jeunes Agriculteurs du Loiret a dénoncé les négociations en cours entre l’Union Européenne et les pays de l’Amérique du Sud. « Si le Mercosur est signé en l’Etat, on considère que c’est vingt à trente mille éleveurs qui n’existeront plus d’ici dix ans en France». Il pointe du doigt des cahiers des charges qui ne sont pas les mêmes. « En Amérique du sud, ils utilisent abondamment des produits chimiques pour les animaux et en même temps des OGM pour nourrir ces animaux. Nous, ce que l’on refuse, c’est d’importer des produits qui ne respectent pas le même cahier des charges environnemental et sanitaire que nous et que ces produits qui coûtent moins cher à produire soient en concurrence avec les produits français et européens.»

Les jeunes agriculteurs dénoncent également une incohérence entre les récents Etats Généraux de l'Alimentation et ces négociations avec le Mercosur. « On ne voit pas où veut aller le gouvernement. On nous impose des normes environnementales qui sont sans doute nécessaires aux niveaux français et européen et en même temps, on accepte de faire traverser à des produits la moitié de la planète, alors qu’ils sont cultivés avec des OGM, qu’ils sont moins bons donc pour l’environnement, moins bons pour le consommateur et l’importation de ces produits détruit de l’emploi en France ».

Une délégation JA-FRSEA a été reçue en fin de journée par le Préfet de région. Des actions similaires se sont déroulées dans près de 90 départements. A quelques jours de l’ouverture du salon de l’agriculture, JA-FNSEA voulaient, à travers ces opérations, interpeller le Président de la République tout en expliquant aux citoyens l’ensemble des risques que ces accords renferment pour les productions de viandes bovines, de sucre, d’éthanol et de volailles.