installation

Le Crédit Agricole s’engage au côté des Jeunes Agriculteurs du Loiret à soutenir l’installation

Whatsapp image 2018 04 17 at 15 05 13 1Premier organisme financier de l’agriculture dans le Loiret, le Crédit Agricole Centre Loire entend jouer pleinement son rôle dans l’aide à l’installation des jeunes agriculteurs. Cette volonté s’est matérialisée le 17 avril dernier par la signature d’une convention de partenariat liant la banque verte, représentée par Laurent Fesneau, Président de la Délégation Territoriale du Loiret, au syndicat Jeunes Agriculteurs du Loiret, représenté par son Président Maxime Buizard Blondeau.

Le but de cette convention, signée dans les locaux du Crédit Agricole à Saint Jean-de-Braye est de « renforcer la collaboration » entre les deux organismes « et  partager les travaux de réflexions sur l’adaptation de l’installation en agriculture ». Concrètement, le Crédit Agricole s’est engagé à soutenir financièrement les actions menées par le syndicat en faveur de l’installation des jeunes en  agriculture et de la promotion du métier de chef d’entreprise agricole. De leur côté, les Jeunes Agriculteurs se sont engagés à promouvoir ce partenariat, notamment lors des grands événements départementaux.

« Le Crédit agricole est le premier partenaire des Jeunes Agriculteurs du Loiret » a rappelé Maxime Buizard Blondeau. « Nous le remercions de sa constance et de son implication en faveur de l’installation. De nombreux chantiers communs vont s’ouvrir dans les prochains mois pour accompagner l’ensemble des porteurs de projets vers de nouveaux modèles d’exploitations viables, vivables et transmissibles. Là encore, nous savons pouvoir compter sur la pleine collaboration du Crédit agricole.» Conclue pour une durée de un an renouvelable, cette convention formalise officiellement une coopération de très longue date.

Un projet ambitieux pour aider les futurs agriculteurs

Charte installationUn recensement des dispositifs d’aide et accompagnement pour les agriculteurs est lancé dans toute la région Centre Val de Loire. Jeunes Agriculteurs Centre, à l’initiative de ce projet, veut impliquer ses partenaires dans une démarche collective. A cette occasion, le mercredi 13 décembre aura lieu une signature officielle d’une charte à l’installation dans un lieu à la hauteur des ambitions du projet, le château de Charbonnière.  

Le syndicat Jeunes Agriculteurs milite sans relâche pour l’installation des jeunes. Dans ce cadre JA Centre a rédigé, une charte à l’installation regroupant les grands principes du renouvellement des générations en agriculture afin de l’inscrire dans un projet de recensement.

Les principes de la charte :

  • Sensibiliser les agriculteurs en fin de carrière à transmettre leurs exploitations à un jeune,
  • Accompagner l’ensemble des porteurs de projet et leur permettre de s’installer sur des exploitations viables et vivables et transmissibles,
  • Guider les jeunes agriculteurs dans leur rôle de chef d’entreprise et contribuer à la pérennité économique de leurs exploitations.

 

Un répertoire régional des aides

JA Centre souhaite impliquer ses partenaires dans une vaste démarche de soutien actif au renouvellement des générations en agriculture, qui consiste à recenser les aides et accompagnements à l’installation existant dans toute la région Centre-Val de Loire.

JA Centre souhaite par cette action permettre aux porteurs de projet de connaitre l’accompagnement de l’ensemble des organismes/entreprises et de maitriser « les briques » de financement pour leur projet d’installation.

Le Château de Charbonnière pour

A la suite de cette action, aura lieu une grande présentation de la charte agricole avec tous les acteurs ayant contribué au projet, organisée le 13 décembre 2017 au Château de Charbonnière. Ce sera l’occasion de saluer les efforts importants de chacun, fait en faveur du renouvellement des générations en agriculture.

Le nouveau dispositif à l’installation en cinq étapes

  1. Le passage en Point Accueil Installation (PAI), 1 à 2 ans avant l’installation

Le PAI c’est la porte d’entrée unique pour tout porteur de projet en installation. Le PAI est présent dans tous les départements afin d’informer et d’orienter les porteurs de projets. C’est l’occasion de faire son autodiagnostic, de poser les bases et d’aborder les échéances à respecter. Le PAI fait le lien avec les interlocuteurs les plus pertinents et les conseillers PPP (plan de professionnalisation personnalisé).

  1. Le Plan de Professionnalisation Personnalisé (PPP), 6 mois à 1 an avant l’installation

C’est l’étape du diagnostic de son projet professionnel et personnel, qui valide entre autre la capacité professionnelle. Le porteur de projet a trois ans maximum pour faire son PPP. Cette étape intègre les notions de cadre de vie, de compétences acquises et restant à acquérir pour s’installer. Le porteur de projet réfléchit avec ses conseillers aux différents stages, formations et réseau qui lui seraient les plus utiles. Ce plan d’action et recommandations peuvent porter sur la période avant l'installation ou post-installation. La seule prescription obligatoire est le stage 21h, de 3 jours, qui permet de brosser un panorama de l’agriculture du département et des différents interlocuteurs que vous allez rencontrer durant votre parcours d’installation. C’est aussi l’occasion de rencontrer d’autres porteurs de projet avec qui il pourra échanger. Confronter son projet à celui de pairs c’est permettre d’éclaircir tous les points de son projet, de se poser éventuellement de nouvelles questions et de penser à des points oubliés. En agriculture il ne faut pas rester seul ! Savoir parler de son projet, c’est progresser et se poser les bonnes questions.

Tanguy TaillardTanguy Taillard, installé en 2015 en exploitation céréalière dans le Loir-et-Cher témoigne « Pendant le stage 21h on aborde pas mal de sujets. On nous présente tous les services dont on aura besoin par la suite : des conseillers techniques pour être accompagné après son installation, des juristes pour faire ses baux, des conseillers en aménagement foncier pour la construction de nos bâtiments. On nous informe sur la réglementation actuelle comme les phyto par exemple. On s’informe sur les Organismes Professionnels Agricoles et l’administration, ça permet de mieux connaitre son environnement et ça facilite les démarches pour l’avancée de son projet. Lors de ce stage j’y ai rencontré d'autres jeunes qui étaient aussi en train de s’installer comme moi mais sur d’autres productions. Le fait de se retrouver en groupe est intéressant, on se compare, et on partage notre expérience, nos difficultés. Tout seul on se pose moins de questions. »

  1. La réalisation du Plan d’Entreprise (PE), 3 mois avant l’installation

A cette étape, le conseiller étudie la viabilité économique du projet et de sa mise en œuvre sur 4 ans, avec différents scenarii possibles. C’est à cette étape que le futur installé apprend à maitriser son business plan. Après la validation du plan d’entreprise le porteur de projet a 2 ans pour s’installer. Le PE permet de mesurer la faisabilité économique et la crédibilité du projet. Il permet aussi de déterminer son besoin en trésorerie et sa capacité à rembourser ses emprunts. Chiffrer son projet c’est aussi identifier ses marges de sécurité et être mieux armé pour défendre son projet auprès des banques.

4. Le montage du dossier de demande des aides, 2 mois avant l’installation

Le porteur de projet est accompagné afin de déposer son dossier d’aides à l’installation à la chambre d’agriculture. Ce dossier doit contenir la preuve de maitrise du foncier, la capacité professionnelle validée, le plan d’entreprise et l’avis favorable des banques. Une fois l’accusé de réception reçu, l’installation peut commencer.

5. Le suivi post installation

Une fois installé, le nouvel agriculteur peut être accompagné individuellement ou collectivement, avec son conseiller l’ayant suivi pendant son installation ou avec un autre conseiller.

Lire la suite