Gien

Révision des zones défavorisées : les Jeunes Agriculteurs du Loiret mobilisés

Jeunes Agriculteurs mobilisésLes Jeunes Agriculteurs du Loiret et la FDSEA durcissent le ton. En plus du barrage filtrant installé depuis lundi après-midi sur l’autoroute A10 (dans les deux sens) à hauteur d’Orléans, un second barrage sera mis en place avec l'appui de nos camarades JA et FDSEA du Cher, aujourd’hui à partir de 14h30 à Gien.

Jeunes agriculteurs du Loiret, soutenu par la FDSEA 45, n’acceptera pas une nouvelle carte des zones défavorisées qui condamne l’élevage dans notre département. Notre action déterminée a pour seul objectif de réintégrer toutes les communes actuellement en zones défavorisées. C’est la condition indispensable à la survie de l’élevage, en particulier bovin et ovin, et à la diversité agricole du Loiret. Au-delà des 400 emplois en jeu, c’est la vie économique et sociale des communes rurales qui est menacée.

La carte actuelle, établie en 1976 conjointement par nos aînés de la profession agricole et l’administration, est - dans notre région - parfaitement représentative des zones dont les terres sont les moins productives. Les communes actuellement en zones défavorisées sont celles au plus faible potentiel agricole. Les exploitations situées sur ces communes sont économiquement dépendantes des aides liées aux zones défavorisées, notamment l’ICHN et la sur-bonification de DJA.

Nous demandons expressément une rencontre avec le ministre Travers et son cabinet pour exposer nos arguments et retrouver un dialogue serein et constructif.

Les JA traquent la Viande de Nulle Part dans les magasins

Samedi 25 juillet, les Jeunes Agriculteurs de Chatillon-Coullons ont mené des actions Le 25 juillet, une vingtaine  de Jeunes Agriculteurs de Chatillon-Coullons ont contrôlé l'origine des viandes dans trois grandes surfaces du giennois. Les membres du syndicat ont apposé des stickers "viande d'origine connue" ou "viande de nulle part" sur les produits carnés, pour inciter les industriels à plus de transparence vis-à-vis de l'origine des viandes.

Cette action de communication lancée au printemps par les JA du Finistère a fait tâche d'huile dans toute la France. Dans le Loiret, c'est la troisième fois que les JA déclinent l'opération, une façon de sensibiliser les consommateurs sur la dégradation des prix payés aux producteurs ces derniers mois.

Interrogée à l'issue de l'opération, Lucie Salin, la Présidente des JA de Chatillon-Coullons a fait le constat suivant " dans toutes les GMS inspectées, la viande à la découpe est d'origine française. En revanche, un produit sur deux vendu sous vide n'a pas d'origine ! ". La présidente JA déplore également le manque de clarté des étiquettes : "Sur certains produits, il est écrit "fabriqué en France", mais le consommateur ne sait pas où est né, élevé et abattu l'animal. C'est ce que j'appelle tromper le consommateur en jouant sur les mots !"

Lors de cette action pacifique, un dialogue s'est ouvert avec les représentants des trois enseignes de la grande distribution. "Ils se sont montrés très réceptifs à nos revendications" souligne Lucie Salin. Les JA ont également échangé avec les clients présents. Ces derniers ont déclaré " regarder la provenance de la viande et essayer d'acheter français. Malheureusement, ils nous ont aussi parfois fait part que l'aspect financier primait sur la qualité ou l'origine" regrette la Présidente des JA de Chatillon-Coullons.