Bienvenue à la ferme

Bienvenue au GAEC du Petit Chambord

Romain Gillet (GAEC du petit Chambord à Dry) ouvre ce week-end ses portes pour une visite assurément riche et passionnante.30 fermes loiretaines ouvrent leurs portes au public ce week-end. Nouveau venu, le GAEC du Petit Chambord à Dry est une exploitation familiale moderne et dynamique. Romain Gillet, 24 ans, l'a rejointe en mai dernier. Il appartient à la 4ème génération.

Avec son père Philippe, Romain est aujourd'hui à la tête d'un élevage de 90 vaches laitières et de 230 hectares. Le jeune agriculteur, titulaire d'un BTS ACSE, s'est d'abord installé avec les aides fin 2015, sur une exploitation de 90 ha à Marcilly-en-Villette, reprise à un tiers par le biais du Répertoire Départ Installation (RDI), géré par la Chambre d'agriculture. Suite au départ d'un associé, il a rejoint la ferme familiale quelques mois plus tard.

L'exploitation agricole est équipée d'un robot de traite depuis 2009 et de deux distributeurs automatiques de lait cru. Le premier est situé sur la ferme et le second sur le parking de l'Hyper U à Baule. 5% de la production de lait est ainsi commercialisé en circuit court. Un choix, certes, lucratif, qui a l'avantage de leur permettre d'être en contact avec leur clientèle et d'instaurer une relation de confiance. Les deux associés songent d'ailleurs à implanter un troisième distributeur. Ils réfléchissent également à créer une fromagerie d'ici 5 ans, pour produire beurre, glace et chantilly, afin de mieux valoriser leur lait.

Gagner en autonomie alimentaire

Les cultures ne sont pas en reste. Pour l'instant, blé, orge, colza, maïs, soja, trèfle, lin, prairies et betteraves rouges sont produits. Pour une plus grande autonomie protéique, Romain envisage de cultiver du lupin et espère à terme pouvoir triturer son soja pour l'incorporer à la ration de ses vaches. L'exploitation est engagée depuis plusieurs années dans une démarche d'agriculture raisonnée. Les charges sont aussi rationnalisées, une nécessité par les temps qui courent. Romain s'est formé l'an dernier, par le biais du syndicat Jeunes Agriculteurs (JA) dont il est membre, au calcul des coûts de production avec l'outil JA'ffine. Il réfléchit à présent à revoir son système de production en passant au sans labour et en associant plusieurs cultures pour mettre à profit leurs complémentarités. Pour cela, il doit repenser sa mécanisation. "Impossible avec la conjoncture actuelle" déplore Romain qui "regrette l'absence de subvention" pour faciliter le changement de pratiques culturales.

Portes ouvertes ce week-end

Pour l'heure, le projet du moment c'est sa première porte ouverte "Bienvenue à la ferme" les 15 et 16 avril. Avec son père, ils ont vu les choses en grand. Durant deux jours, ils vont faire découvrir leur exploitation et proposer diverses animations autour de l'agriculture, telles que des démonstrations de fabrication de beurre et de chantilly, de jus de pomme ou encore de balai ! Vieux matériel et nouvelles technologies seront exposés pour retracer l'évolution de l'agriculture. Un marché du terroir, une exposition d'animaux, un repas (sur réservation uniquement), une chasse aux œufs... et plein d'autres surprises sont au programme. Le GAEC du Petit Chambord réserve aux visiteurs un accueil royal !

La viande, une affaire de famille chez les Russo

Ce week-end, la famille Russo participera pour la première fois aux portes ouvertes organisées chaque  année en avril par le réseau A l'automne 2011, Sébastien Russo a concrétisé son rêve. Il s'est installé en hors cadre familial (HCF) sur une exploitation en polyculture bovin allaitant à Beaulieu-sur-Loire. Il a entraîné dans son aventure Christine et José, ses parents, qui étaient jusqu'alors bouchers-charcutiers à Autruy-sur-Juine au Nord du Loiret.

Sébastien Russo, aujourd'hui âgé de 26 ans et jeune papa depuis quelques jours, a toujours voulu être éleveur, mais de vaches laitières comme son défunt grand-père Beaunois. Après un BEPA, puis un Bac Professionnel en productions animales, il a parfait sa formation par un BTS ACSE (Analyse et conduite de systèmes d'exploitation) au lycée agricole de Challuy près de Nevers.

Sébastien Russo connaît bien la ferme de la Prébenderie sur laquelle il s'est installé, puisqu'il y a effectué des stages durant ses études et a été par la suite salarié TESA (Titre emploi Simplifié Agricole).  Au départ en retraite des deux frères exploitants, l'opportunité de reprendre la ferme s'est offerte à lui. Il l'a saisi sans une once d'hésitation ! Il a sauté le pas avec son père José, qui après une vingtaine d'années à la tête d'une boucherie-charcuterie avec son épouse, souhaitait "travailler au grand air".

Sébastien et José se sont installés en novembre 2011, sur 300 hectares avec un cheptel de 75 vaches de race charolaise. Le jeune éleveur a bénéficié des aides à l'installation de l'État. Il a perçu 17.000 € de DJA (Dotation Jeune Agriculteur). Ce petit coup de pouce lui a "servi à payer les frais notariés et le CER" se souvient-il.

Un laboratoire de découpe flambant neuf depuis octobre 2014

En 3 ans, l'exploitation a évolué. "Pour gagner une certaine autonomie vis-à-vis de la PAC" explique le jeune agriculteur, un laboratoire de découpe ainsi qu'un local de vente ont été inaugurés en octobre 2014. Chaque mois, une à deux vaches est découpée par José, puis vendue sur commande au détail ou en caissette par Christine, devenue conjointe collaboratrice. Les associés ont également développé la prestation de services en découpe de bovins et d'agneaux.

Visite de la ferme les 18 et 19 avril

Quelques flyers et un peu de publicité dans les journaux à l'ouverture du magasin leur ont permis de se constituer une clientèle. À présent, ils comptent sur le bouche-à-oreille pour la développer. Récemment, ils ont rejoint le réseau "Bienvenue à la ferme", une marque des Chambres d'agriculture de vente directe et d'accueil à la ferme. Ce dernier organise ce week-end une opération "portes-ouvertes", destinée à faire découvrir les savoir-faire des producteurs. Une trentaine d'exploitations Loiretaines dont celle de la famille Russo seront à découvrir dimanche et pour certaines dès samedi.

Sébastien, Christine et José accueilleront, quant à eux, les 18 et 19 avril de 9h à 18h, au lieu-dit de la Prébenderie à Beaulieu-sur-Loire. Au programme: découvert de l'élevage charolais, dégustation et vente sur place. Renseignements au 06 71 40 44 27 ou fermeprebenderie@orange.fr (https://www.facebook.com/Fermedelaprebenderie)