Actualité

Votez pour JA Gâtinais Est 45 !

Prenez quelques secondes pour voter pour la vidéo qui représente le Loiret au concours « Bien dans mes bottes ».Grand vainqueur de la première édition du concours Isagri « Bien dans mes bottes », Jeunes Agriculteurs du Gâtinais Est 45 s’apprête à remettre son titre en jeu. Ils comptent sur les lecteurs du Loiret Agricole et Rural pour les soutenir !

Votez, partagez

Pour la seconde année, la société Isagri propose un concours vidéo ouvert aux membres du réseau Jeunes Agriculteurs.  Le jeu consiste à réaliser une vidéo sur le thème : « Vous êtes l’avenir  de nos campagnes, montrez-le nous ! » et à la publier sur la page facebook dédiée au concours. Un vote en ligne, organisé entre le 5 et le 20 mars, va permettre de départager les sept vidéos en lice. A la clé, un chèque de 3.000 € pour la meilleure vidéo élue par les internautes. Un prix récompensera également la deuxième et troisième vidéo.

Un travail d’équipe

Les jeunes agriculteurs de l’échelon Gâtinais Est 45, présidé par Pierrick Pigot, se sont réunis à plusieurs reprises ces dernières semaines pour écrire le scénario et jouer les saynètes. Le montage a été assuré par Maxence Beets, nouvellement élu administrateur JA Loiret. Leur vidéo, intitulée « le futur est dans l’agriculture » s’inspire du film « Retour vers le futur » et montre leur vision de l’agriculture de demain et celles à éviter.

Les jeunes agriculteurs de l’échelon Gâtinais Est 45 comptent sur votre soutien pour les aider à récolter le plus de « J’aime ». Pour cela, rendez-vous sur la page facebook dédiée au concours (www.facebook.com/biendansmesbottes) et cliquez sur le cœur en bas de la vidéo de Jeunes Agriculteurs Gâtinais Est 45.

Non à l’accord du Mercosur !

Les Jeunes Agriculteurs du Loiret se sont mobilisés pour dénoncer les conséquences qui pourraient découler de la signature de l’accord de libre échange entre l’UE et les pays du Mercosur.A l’appel du réseau national, les Jeunes Agriculteurs du Loiret aidés de la FDSEA se sont mobilisés le 21 février. Ils dénonçaient l’accord de libre-échange entre l’Europe et les pays du Mercosur (Brésil, Argentine, Uruguay, Paraguay), en cours de négociation qui faciliterait l’entrée de milliers de tonnes de viande et de sucre sur le marché européen.

Coordonnée à l’échelle régionale par JA Centre Val de Loire, la mobilisation s’est concrétisée dans le Loiret par une distribution de tracts dans cinq grandes surfaces et une rencontre avec le Préfet de région, pour le sensibiliser sur les dangers d’un tel accord pour l’agriculture française. La revendication des agriculteurs est claire ; ils réclament la sortie des productions agricoles des accords commerciaux.

Invité sur le plateau du journal télévisé de France 3 Centre Val de Loire le soir même, Maxime Buizard-Blondeau, Président des Jeunes Agriculteurs du Loiret a dénoncé les négociations en cours entre l’Union Européenne et les pays de l’Amérique du Sud. « Si le Mercosur est signé en l’Etat, on considère que c’est vingt à trente mille éleveurs qui n’existeront plus d’ici dix ans en France». Il pointe du doigt des cahiers des charges qui ne sont pas les mêmes. « En Amérique du sud, ils utilisent abondamment des produits chimiques pour les animaux et en même temps des OGM pour nourrir ces animaux. Nous, ce que l’on refuse, c’est d’importer des produits qui ne respectent pas le même cahier des charges environnemental et sanitaire que nous et que ces produits qui coûtent moins cher à produire soient en concurrence avec les produits français et européens.»

Les jeunes agriculteurs dénoncent également une incohérence entre les récents Etats Généraux de l'Alimentation et ces négociations avec le Mercosur. « On ne voit pas où veut aller le gouvernement. On nous impose des normes environnementales qui sont sans doute nécessaires aux niveaux français et européen et en même temps, on accepte de faire traverser à des produits la moitié de la planète, alors qu’ils sont cultivés avec des OGM, qu’ils sont moins bons donc pour l’environnement, moins bons pour le consommateur et l’importation de ces produits détruit de l’emploi en France ».

Une délégation JA-FRSEA a été reçue en fin de journée par le Préfet de région. Des actions similaires se sont déroulées dans près de 90 départements. A quelques jours de l’ouverture du salon de l’agriculture, JA-FNSEA voulaient, à travers ces opérations, interpeller le Président de la République tout en expliquant aux citoyens l’ensemble des risques que ces accords renferment pour les productions de viandes bovines, de sucre, d’éthanol et de volailles.

Non à la mort de l’élevage dans le Loiret !

Le 16 février, les Jeunes Agriculteurs ont protesté aux abords de l’A6, contre la nouvelle carte des zones défavorisées simples qui devrait s’appliquer à compter du 1er janvier 2019Vendredi 16 février, près de 90 jeunes agriculteurs du Loiret, de l’Yonne et du Cher se sont mobilisés aux abords de l’A6 à Savigny-sur-Clairis, pour obtenir le maintien du Berry, de la Puisaye, de la Sologne et du Pays Fort, en zones défavorisées.

Deux jours après avoir été reçu par la Directrice du cabinet de Stéphane Travert et en absence d’annonce du ministère sur leurs revendications, JA Loiret a décidé le 15 février au soir, d’organiser un barrage filtrant sur l’A6 dès le lendemain après-midi, avec l’appui de l’Yonne et du Cher.

Mais voilà : vendredi matin, sur consigne du ministre de l’Intérieur, les préfets de l’Yonne et du Loiret ont interdit toute action sur l’autoroute. Des renforts de CRS ont même été sollicités, pour dissuader les JA de tout coup de force. Dans un communiqué de presse, le syndicat a regretté une telle décision : « Le précédent barrage, sur l’A10, organisé en concertation avec la préfecture et les gendarmes, était parfaitement sécurisé […] Son refus vise uniquement à priver Jeunes Agriculteurs d’audience ; il est clair que le gouvernement veut enterrer la contestation». 

En dépit de l’interdiction de mettre en place un barrage filtrant sur l’A6, le syndicat a tenu à maintenir la mobilisation, pour montrer sa détermination à ne rien lâcher sur le dossier des zones défavorisées. En lieu et place, les JA ont bloqué la D660, à proximité du péage de Courtenay. Une banderole a été installée sur le pont chevauchant l’autoroute et des tracts ont été distribués aux automobilistes pour expliquer les raisons du mécontentement des agriculteurs. Leur colère se voyait à des kilomètres à la ronde, à travers la fumée dégagée par un feu. Une vingtaine de tracteurs et près de quatre-vingt-dix JA ont participé à l’action qui s’est déroulée sans heurt de 17 à 22heures, sous la surveillance des forces de l’ordre.

Au travers cette mobilisation, le syndicat souhaitait « garder l’attention du Ministère sur les éleveurs de la région ». Dans le Loiret, 160 d’entre eux bénéficient du versement de l'indemnité compensatoire de handicaps naturels (ICHN), une aidée liée aux zones défavorisées. Le dernier arbitrage priverait quatre-vingt-dix exploitations de cet accompagnement, pourtant nécessaire à leur survie. Face à cette menace, Jeunes Agriculteurs du Loiret multiplie les actions ces derniers jours, pour faire entendre le désespoir des agriculteurs ; un cri bien relayé par la presse locale et nationale. Espérons que l’écho médiatique de ces actions résonnera également au sein du gouvernement.