Actualité

Terre en fête : Soirée de remerciements

Soirée de remerciements en l’honneur des partenaires et bénévoles qui ont contribué au succès de la dernière édition.Près de deux mois après la septième édition de « Terre en fête », Jeunes Agriculteurs du Loiret a convié l’ensemble des partenaires et bénévoles qui ont œuvré à la réussite de cette journée, dans le but de les remercier. La soirée, qui s’est tenue vendredi dernier à la salle des fêtes de Charmont-en-Beauce, a réuni une cinquantaine de personnes.

L’édition 2018 de « Terre en fête », placée sous le triple signe de la convivialité, de l’échange et de l’innovation a rassemblé plus de 3.500 visiteurs à Greneville-en-Beauce le 2 septembre dernier. Une fréquentation-record qui s’explique par une météo clémente et une belle programmation imaginée par les Jeunes Agriculteurs de Neuville – Outarville, qui en avaient la délégation cette année.

Dans son allocution, lors de la soirée de remerciements, Laura Bes, la présidente du Comité d’organisation 2018 a souligné que « le syndicat JA  avait à cœur de partager avec le grand public, de valoriser  le métier mais surtout de promouvoir l’agriculture d’aujourd’hui et de demain ». L’élue JA a remercié chaleureusement son équipe. « Merci pour votre travail. Comme disait Marcel Achard, ‘il n’y a que dans les dictionnaires que la réussite vient avant le travail ‘.» Elle a également remercié les partenaires qui ont permis la tenue de cette journée festive.

Maxime Buizard Blondeau, le président de Jeunes Agriculteurs du Loiret, a pris brièvement la parole, pour féliciter Laura Bes et les Jeunes Agriculteurs de Neuville Outarville. Il a rappelé que la prochaine édition sera organisée par l’échelon JA Gâtinais Est, présidé par Pierrick Pigot. « Beau défi à venir. Passer après Laura et les JA de Neuville Outarville ne sera pas facile ! » a-t-il conclu sur le ton de l’humour.

Un film retraçant les 9 mois de préparation a été projeté à l’issue des discours.

Edito : Paris végétalise ses toitures, le Loiret artificialise ses champs

Maxime Buizard Blondeau, président Jeunes Agriculteurs du LoiretLe 26 octobre dernier, un important projet de panneaux photovoltaïques au sol était révélé par notre quotidien départemental. On y lit que 90.000 panneaux, soit 42 hectares, vont être installés dans le Giennois. Cette énergie mettrait « tout le monde d'accord ». Nous avons patiemment attendu quinze jours, espérant une réaction des élus locaux, de l'administration ou des associations de défense de la nature. Malheureusement rien !

Par l'utilisation énergétique des sous-produits, l'implantation raisonnée d'éoliennes et la construction de méthaniseurs, les agriculteurs prennent leur part au développement des énergies renouvelables. Et nous sommes les premiers installateurs de panneaux photovoltaïques sur les toits de nos hangars et bâtiments de production. Quelle logique à couvrir ces terres arables ? Une logique purement financière. Il n'y a derrière ce projet et les nombreux autres à venir, que le seul intérêt pécunier. Oui, les panneaux solaires rapportent plus au propriétaire qu'un fermage. Et alors ?

Devons-nous convertir toutes nos exploitations en « fermes énergétiques » ?
Il y a quelques mois, le Premier ministre engageait le gouvernement vers l'objectif de zéro artificialisation des terres agricoles d'ici 2050. Un bien beau discours qui ne correspond pas aux actes. Alors, Mesdames et Messieurs les élus, ayez une vision à long terme ! Que deviendront ces panneaux dans vingt ans ? Qui se chargera de les retirer et les recycler ?

Qui gagnera le plus, le territoire ou des multinationales ? Il y a suffisamment de toitures sur les centres commerciaux et les zones d'activités du Loiret pour accueillir des centaines d'hectares de panneaux solaires. Les futurs bâtiments des zones d'activités en développement, qui ont pris de manière irréversible notre terre, sont bien plus adaptés que nos champs. Vous avez la possibilité, même l'impératif moral, de le prescrire dans vos Plans locaux d'urbanisme. Commençons par couvrir tous les bâtiments et parkings avec des panneaux photovoltaïques et après nous pourrons discuter de l'utilisation de nos champs.

Maxime BUIZARD BLONDEAU, président JA Loiret

(Edito paru dans le Loiret Agricole et Rural du 9 novembre 2018)

Un « Festi’ferme » pour montrer les coulisses de l’agriculture

Festi ferme, un nouvel événement en préparation pour juin 2019« Festi’ferme », tel est le nom donné au troisième événement Jeunes Agriculteurs en préparation pour le premier week-end de juin 2019. Le comité d’organisation, composé des membres de l’échelon Loire Beauce, s’est réuni jeudi dernier à Dry, sous la conduite de leur président Gabriel Beaulieu.

L’objectif de cet événement est de faire découvrir au grand public les coulisses de l’agriculture de la fourche à la fourchette. Et quoi de mieux qu’une ferme pour communiquer sur le métier ? C’est donc sur une exploitation et plus exactement sur celle de Romain et Philippe Gillet, située à Dry, que se tiendra la première édition de « Festi’ferme », un événement qui a vocation à être reconduit chaque printemps. Pour attirer un large public, la ferme sera le théâtre de nombreuses animations agricoles et musicales.

La réunion du 18 octobre dernier, qui a rassemblé une quinzaine de participants, a permis de réfléchir à la programmation du week-end et à l’agencement du site. Outre des visites guidées de l’exploitation de polyculture-élevage laitier, un circuit balisé sera aménagé dans un champ pour présenter les productions agricoles du Loiret et leurs débouchées. Un marché de produits locaux, des courses de Moiss’batt’cross, un dîner spectacle 100% terroir, des tours de tracteurs, des concerts et bien d’autres surprises seront à l’affiche ! Réservez dès à présent votre week-end des 1 et 2 juin.